Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTION 


Compte-rendu du CTA du mercredi 21/01/15

mardi 27 janvier 2015

Mercredi 21 janvier 2015 s’est tenu le Comité technique académique (CTA) sur les premiers préparatifs de rentrée.

1er degré : répartition des 19 suppressions académiques entre les 4 départements

Il est rappelé que l’académie perd 871 élèves et que différentes études préalables croisant plusieurs données (écarts à la prévision 2014, accompagnement des mesures éducation prioritaire, critère territorial) ont été réalisées afin d’arriver à la répartition proposée.

Proposition :

- Jura : -15 postes
- Doubs : -3
- Haute-Saône : 0
- Territoire de Belfort : -1 poste

La FSU note que le léger frémissement à la hausse du taux d’encadrement est loin de correspondre aux besoins du terrain et ne permet toujours pas de revenir à la situation (loin d’être cependant considérée comme un âge d’or) de 2011.

Elle demande vigoureusement des précisions chiffrées quant aux éléments pris en compte pour répartir la dotation académique (indicateurs retenus, mode de calcul choisi, compensations établies (et la hauteur de celles-ci) pour les postes supplémentaires crées REP et REP+ et l’amélioration du régime de décharges des directions d’écoles. Elle indique qu’en l’absence de données chiffrées claires elle est dans l’incapacité de vérifier la validité des calculs, la prise en compte des spécificités départementales et l’équité de traitement entre les 4 départements.

Elle rappelle par ailleurs que cette année encore, le budget reste donc bien insuffisant face aux défis que l’Éducation Nationale doit relever. La FSU estime que la refondation promise n’est pas au rendez-vous et que la répartition des 19 suppressions de postes ne permettra ni de revenir au P/E de 2011 (avant l’ere Sarkozy) ni de créer les postes supplémentaires pour faire renaître les RASED de leurs cendres, développer le potentiel de remplacement, voire conforter les dispositifs « plus de maîtres que de classes » et « scolarisation des moins de 3 ans » (implantés, jusqu’à présent, très parcimonieusement par l’administration à seule fin d’affichage médiatique !). Enfin la FSU rappelle les dernières études concernant la dégradation des conditions de travail des enseignants et celles indiquant que la baisse des effectifs par classe est favorable à la réussite des élèves.

Réponse du recteur : la prise en compte de la ruralité n’a joué que pour l’attribution d’un seul poste, la mobilité ferait du bien aux enseignants pour voir comment les choses se passent ailleurs. Il précise cependant qu il considère que l’école ne peut pas tout et que sans les enseignants et l’école le contexte lié aux évènements Charlie serait pire encore.

Vote répartition 1er degré :

- 1 abstention : FO

- Contre (UNSA, FSU,SGEN) : 9

- Du fait de l’abstention du syndicat FO qui n’a pas suivi les autres organisations syndicales le vote unanime en contre n’a pu se faire et la répartition du premier degré est donc adoptée !

Une carte des formations qui ne passe pas !

Les organisations syndicales ont repoussé par un vote unanime l’évolution de la carte des formations de la voie professionnelle. Ils ont dénoncé tant la forme que le fond de cette nouvelle carte.

Cette nouvelle carte prévoit la fermeture de trois formation de BTS au Lycée professionnel des Huisselets à Montbéliard (BTS banque marché particuliers), au Lycée Pergaud de Besançon (BTS comptabilité gestion des organisations) et au Lycée Cournot de Gray (BTS management des unités commerciales).

Sur la forme, le rectorat n’a fourni les informations que tardivement aux organisations syndicales, ce qui va à l’encore du respect du dialogue social. De plus, ces 3 BTS étaient déjà supprimés sur le serveur d’inscription post bac alors que le CTA doit être informé de toute modification de la carte des formations. Le Rectorat plaide l’erreur technique.

Sur le fond, ces trois BTS ont des niveaux de recrutement satisfaisant et une insertion professionnelle importante. Aussi, les organisations ne comprennent pas cette décision. De même, ces formations participent à l’égalité territoriale permettant l’accès à des formations post-bac à des élèves de Bac pro peu mobiles. Cela va à l’encontre des discours de la Région sur l’aménagement du territoire, et pose la question du double discours de la région qui a donné son accord à ces trois fermetures.

Le Recteur explique qu’on ne peut avoir qu’une vision locale et qu’il expliquera ces choix aux établissements concernés mais ne reviendra pas sur les fermetures.

C’est pourquoi, la FSU, l’UNSA, le SGEN-CFDT et FO ont voté contre cette modification de la carte des formations professionnelles.

Suite à ce vote unanime en contre, le Recteur et donc obligé de reconvoquer le CTA conformément aux textes en vigueur et de faire de nouvelles propositions. Mais il nous annonce d’ores et déjà qu’il maintiendra sa décision.

La FSU note le bel exemple de dialogue social !

Questions diverses (à l’initiative de la FSU)

- Bilan rep + Diderot L’IA en charge du dossier présente les différents axes de travail : Scolarisation des – de 3 ans, plus de maîtres que de classes, accompagnement, temps concertation, (20 créneaux ont été mis en place et 5 postes 1er degré sont utilisés pour assurer remplacements des 18 ½ journées.)

Un plan de formation continue et d’accompagnement a été prévu (Conférence et formation. Échanges de pratiques, conventions dans le cadre de la politique de la ville, laïcité, climat scolaire, modification des pratiques…) La FSU fait remarquer que ces formations devraient être proposées à tous les enseignants de l’académie.

- Fusion établissements plan lycéé.

Les Suppressions de Montjoux et Lecorbusier ayant été préparées dès le début du mandat électif elles seront menées à terme dans les 2 ou 3 années à venir.

Pour Viette et grand Chenois, la fusion est demandée par le rectorat. La Région s’est engagée à ne pas déplacer les formations en fonction des travaux. La fermeture sera effective quand les travaux dans les établissements d’accueil seront terminés avec maintien des moyens et accompagnement des personnels.

La fermeture du LP Diderot de Bavilliers pour fusion avec Folerot ne se fera pas. Le Recteur précèdent ne s’y étant pas engagé.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0