Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier 


NON au Harcèlement : un clip qui ne passe pas !

vendredi 6 novembre 2015

La ministre a publié sur le site du ministère ainsi que sur le site spécifique « Non au harcèlement » plusieurs articles contenant tout un tas de documentations sur la question du harcèlement à l’école et sur la première journée nationale « Non au harcèlement ». L’intention est louable et urgente.

Mais ce qui coince, c’est le clip officiel de la campagne 2015 contre le harcèlement.

C’est de la plus mauvaise des manières que le ministère vient donc de lancer la campagne contre le harcèlement à l’école en mettant en ligne une vidéo caricaturale et méprisante pour les enseignants et pour les élèves victimes. On voit ainsi dans ce clip réalisé grâce au Mécénat de Walt Disney une enseignante un peu sorcière qui, le nez au tableau, ne se rend compte de rien ; des méchants très méchants qui n’hésitent pas à persécuter un jeune garçon pendant la classe et en présence de l’enseignante ; et une gentille petite fée qui va tenter de sauver le jeune garçon victime de la cruauté de ses « camarades ». C’est de la pure sauce Mickey !

Le sujet du harcèlement est grave et ne doit souffrir d’aucune approximation. Il ne peut être réduit à la situation présentée dans ce clip. Le harcèlement est un phénomène bien plus complexe et pernicieux. Avant tout, il relève de comportements répétés mais peu visibles dans la cour de récréation, les toilettes, à la cantine ou aux abords des écoles... et qui peut ensuite parfois se prolonger dans la classe. C’est en cela qu’il est difficilement décelable et c’est en cela que le sujet doit faire l’objet d’une campagne de sensibilisation sérieuse.

En l’occurrence, la vidéo du ministère manque totalement sa cible et de surcroît donne une image déplorable des enseignants, ce qui est inacceptable. Pourquoi pas une vidéo montrant un policier indifférent à des actes d’incivilité ? Un personnel hospitalier qui ignore un patient ? Des agents des espaces verts endormis sur leurs râteaux ? …. AUCUNE profession n’accepterait d’être mise en scène de la sorte… Mais une instit complètement absente…pas de soucis !

Le deuxième problème que soulève se clip est un problème d’éthique.

Ce clip a été réalisé principalement grâce au mécénat de « The Walt Disney Company France ». Grâce au mécénat, cela signifie que cette entreprise peut mettre en avant que « les équipes créatives de The Walt Disney Company France ont travaillé avec Mélissa Theuriau à la production et à la réalisation du spot de la campagne Non au Harcèlement ».

Lors qu’on lit les textes protégeant des pratiques commerciales dans le milieu scolaire, on trouve les extraits suivants : « L’école ne peut en aucun cas servir de vecteur ou de terrain de prospection pour aucune forme de démarchage ou de publicité. » « Les concours scolaires et opérations diverses soutenus, impulsés ou organisés par l’Éducation Nationale ne peuvent être entrepris que sur la base du volontariat et sous la responsabilité des directeurs d’école, des enseignants et autres membres de la communauté éducative. Ces opérations doivent respecter la neutralité de l’école. Elles ne doivent en aucune manière favoriser des pratiques commerciales ou publicitaires, à plus forte raison tout démarchage commercial à domicile par la suite. »

La mention « Avec le soutien de The Walt Disney Company » sur la dernière image du clip présentant le titre du programme, les numéros de téléphone et autres liens pour lutter contre le harcèlement est donc une faute intolérable de la part du ministère de l’éducation nationale car il va à l’encontre de l’éthique nécessaire et mentionnée dans les textes protégeant des pratiques commerciales dans l’éducation. La question du harcèlement à l’école aurait mérité un tout autre vecteur de communication.

Le ministère serait bien plus inspiré de mettre en œuvre sa promesse de formation des enseignants qui est loin de s’être concrétisée dans tous les départements.

Le BO du 13 août 2013 proposait en effet de prévenir le harcèlement et lutter contre toutes ses formes dans chaque école et chaque établissement scolaire et à cette fin engageait un programme de formation de formateurs se déroulant sur trois ans. Cette formation, indispensable pour travailler à la prévention du harcèlement est loin d’être concrétisée sur le terrain.

Il serait temps que l’école cesse d’être un instrument de communication, surtout quand elle est à ce point mauvaise, mais fasse plutôt l’objet d’actions cohérentes au service de la réussite et du bien-être des élèves avec les moyens nécessaires. Le SNUipp/FSU demande le retrait immédiat du clip « Non au Harcèlement » et que cette vidéo ne soit plus diffusée sur aucun média.