Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTION 


Non à l’état d’urgence permanent !

dimanche 13 décembre 2015

Après les attentats meurtriers qu’ont connus Paris et Saint Denis vendredi 13 novembre, le SNUipp­FSU du Doubs exprime son soutien et sa solidarité aux victimes et à leurs proches, ainsi qu’aux nombreux professionnels, et notamment aux agents des services publics, mobilisés après ces attentats.

Par ces tueries ignobles, Daesh importe en France la terreur et l’horreur qu’il fait vivre aux populations en Syrie, Irak et Kurdistan. Le gouvernement français parle de guerre mais la guerre ne date pas de vendredi 13 novembre.

Depuis 30 ans, les États-Unis et leurs alliés sont intervenus militairement en Afghanistan, en Irak et ont déstabilisé des régions entières les transformant en un terreau favorable au développement de groupes politiques fanatisés tels que Daesh. Depuis 2011, la France intervient en Libye, au Mali, en Centrafrique et en Irak. Aujourd’hui, elle veut être un acteur militaire majeur en Syrie où elle a d’ailleurs intensifié les bombardements en réponse aux attentats. François Hollande s’inscrit dans la même logique que G. Bush après les attentats du 11 septembre. Après quatorze années à l’issue desquelles rien n’est résolu, le terrorisme n’a pas été jugulé. La politique étrangère des pays occidentaux pactisant avec les pays du Golfe, riches grâce aux énergies fossiles, promoteurs d’une expression extrémiste de la religion et accessoirement financeurs de groupes terroristes est contestable et dangereuse . Cela plonge irrémédiablement les pays dans un état de guerre sans fin, les amenant à mettre en œuvre des mesures toujours plus destructrices pour les peuples.

En prolongeant l’état d’urgence d’au moins 3 mois, le gouvernement remet en cause l’état de droit (cf les assignations à résidence de militants écologistes). Il s’affranchit du contrôle de la justice, permet la multiplication des écoutes, des perquisitions .... Il a pour ambition une réforme constitutionnelle visant à élargir cette logique sécuritaire avec la déchéance de la nationalité ou l’évolution de la légitime défense des policiers, idées chères à la droite. Le SNUipp­FSU 25 dénonce la prolongation de l’état d’urgence.

Enfin, pour justifier le coût de ces mesures sécuritaires et guerrières, François Hollande a annoncé que « le pacte de sécurité l’emporterait sur le pacte de stabilité ». Pour autant, les dépenses de l’État notamment celles liées aux services publics, le pacte de stabilité et sa logique d’austérité restent en vigueur. Pour en finir avec la montée en puissance des tensions, des violences, nos dirigeants devraient montrer autant d’empressement et d’efficacité à l’éradication des causes profondes de ces désordres. Nous n’avons pas besoin de pompiers pyromanes mais d’hommes de paix.

Finissons­-en avec cette logique libérale qui accroit chaque jour davantage la désespérance sociale. Construisons une cohésion sociale favorable à la défense des libertés et à l’établissement d’une paix juste et durable.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0