Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTION  / Boycott APC 


Discussions APC avec le MEN : pas de sanctions envisagées

dimanche 4 décembre 2016

Comme annoncé il y a quelques semaines, l ’action « arrêt des APC » destinée à soutenir notre demande de redéfinition du temps de travail à donné lieu à l’ouverture de discussions avec le ministère.
Ce dernier a reçu le SNUipp-FSU mercredi 30 novembre. Nous avons rappelé le sens de notre campagne : redéfinir notre temps de travail avec l’objectif de sa diminution.
Nous nous sommes fait le relais des collègues qui se sont engagés dans notre action, qui nous ont dit combien leur travail s’était intensifié, leurs questionnements autour de l’inefficacité des APC et de la nécessité de prendre en compte un ensemble de tâches non reconnues pour la réussite de tous les élèves.
Le Ministère admet que la question du temps non reconnu est une préoccupation forte des collègues et dit vouloir avancer sur ce dossier. En trois mois de campagne nationale, grâce aux 38000 engagements et vos arrêts des APC dans les écoles, le SNUipp-FSU aura réussi à mettre en débat la question de notre temps de travail et à obtenir que des discussions soient engagées au ministère.

  • les premiers éléments de discussion visent à élargir le cadre des APC à des activités qui ne concerneraient pas directement un groupe d’élèves.
  • nous avons obtenu une prochaine réunion, sous quinzaine, ouverte aux autres organisations syndicales, puisqu’à présent les APC et le temps de travail font partie du débat. Le calendrier des rencontres se fera jusqu’en mars.

Le SNUipp/FSU a insisté pour que le ministère ne donne pas de directives de sanction aux DASEN et qu’aucun collègue engagé dans notre action ne subisse de pression durant toute cette période de négociations. Nous savons que de nombreux collègues partagent notre revendication et ne mettent plus en place les APC mais n’ont pas osé s’engager dans l’action collective par crainte de sanction. Nous pensons que le rapport de force et l’avancement des négociations permettent aujourd’hui à chacun-e d’exprimer sans hésiter ce désaccord de façon collective : en cliquant sur le compteur, seul élément d’information dont le ministère dispose pour évaluer la massivité du mouvement.
Nous avons, grâce à l’action d’arrêt des APC engagée sur le terrain, contraint le ministère à ouvrir un cycle de discussions qui doit permettre de déboucher sur une redéfinition de nos ORS !
Il faut amplifier l’action pour peser sur les discussions.

Le nombre est le seul élément d’information dont le ministère dispose pour évaluer la massivité du mouvement.
Soyons encore plus nombreux afin que les discussions aboutissent le plus rapidement possible.

Ensemble, nous pouvons gagner !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0