Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier  / ASH - RASED -EREA 


La grève continue dans les EREA de Besançon et de Crotenay !

vendredi 10 mars 2017

Le recteur joue aux apprentis sorciers avec la centaine d’élèves les plus démunis de l’académie.
C’est le projet d’une expérimentation dans les EREA de l’académie qui a mis le feu aux poudres.
En choisissant de mettre en œuvre une sombre note ministérielle d’octobre 2015, alors qu’une circulaire spécifique et à valeur légale est en cours d’écriture au ministère, le recteur expérimente le remplacement des enseignants spécialisés et formés qui accompagnent les élèves sur des temps éducatifs en soirée et veillent sur eux la nuit, par des assistants d’éducation sans formation et à statut précaire.

Les enseignants éducateurs à l’EREA ont la charge des élèves scolarisés en internat éducatif, et ce tout au long de la semaine, nuits comprises, pour 32h30 par semaine.
Ces élèves, particulièrement en difficulté et aux besoins éducatifs nombreux sont pourtant ceux à qui l’état se doit de donner toutes les chances de réussir à travers une formation de citoyen, une formation professionnelle, un encadrement par des enseignants formés et soucieux de leur devenir d’adulte responsable.

Le projet rectoral, s’il est mis en œuvre, conduira à supprimer certaines des missions incontournables des enseignants en charge des élèves des EREA.

Par ailleurs le strict respect du code du travail semble échapper aux manœuvres rectorales puisque l’administration avoue ne pas savoir quel cadre légal de travail et quelle amplitude horaire pourraient être proposés aux enseignants une fois ceux-ci dispensés de leurs heures de travail de nuit.
La FSU s’interroge : dans une période où les élèves les plus défavorisés socialement et fragiles affectivement devraient être protégés, accompagnés, respectés dans leurs besoins spécifiques, une période où le statut et les missions des enseignants sont attaqués, une période d’échéances électorales laissant craindre des reculs historiques en matière de protection individuelle et collective, les élèves des EREA seraient-ils des élèves à moindres besoins ?
Les enseignants seraient-ils des sous salariés pour lesquels l’état employeur pourrait se dispenser de proposer un cadre légal de travail ?

Pour protester contre ces mesures les professeurs des écoles éducateurs en internat des EREA de Crotenay et de Besançon sont en grève depuis plus d’une semaine pour conserver la totalité de leurs missions auprès de leurs élèves.
La FSU soutient leur mouvement et, pour le bien des élèves et le respect des personnels, demande au recteur de surseoir à son « expérimentation ».

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0