Retour accueil

Vous êtes actuellement : En lutte ailleurs  


1er décembre | Manifestation contre le chômage et la précarité.

mercredi 28 novembre 2018

Macron ! Un emploi c’est un droit, un revenu c’est un dû ! Contre les précarités sociales pour de nouveaux droits sociaux !

13,6 % de la population vivent en-dessous du seuil de pauvreté dont 19,1 % des moins de 18 ans, 3 millions d’enfants. 4 millions de personnes sont sans domicile ou mal-logées. 9000 enfants habitent des bidonvilles. 80 % des enfants qui sont pris en charge par l’aide sociale le sont pour des raisons de pauvreté. Les derniers chiffres du chômage du troisième trimestre 2018 font apparaitre une augmentation de 0,5% soit 5 963 500 personnes. Il faut ajouter à cette dégradation 307800 personnes radiées et donc sortie des chiffres.

Pour Macron ce serait des « inégalités de destin » ! « Les chomeurs-euses refuseraient les offres d’emploi » ! Et il a le culot de prétendre combattre la précarité alors que toute sa politique précarise et appauvrit le monde du travail, que les retraites et les minimas sociaux sont bloqués à 0,3 % tandis que l’inflation officielle est de 2,3 % !

La Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel a dans son volet assurance chômage, sous couvert d’ouvrir des droits aux démissionnaires, augmenté les contrôles et les sanctions contre les chômeurs et précaires. Aujourd’hui Macron impose aux négociateurs de la nouvelle convention d’assurance chômage une économie de 4 milliards sur 3 ans.

Cela ne pourra se faire qu’en rognant largement les droits des précaires, ces négociations ne seront pas de tout repos tant l’attaque est considérable. Il est question de refondre totalement l’assurance chômage. Il est question de revoir les règles autorisant les permi-ttents à cumuler une activité réduite et une allocation chômage. Il souhaite également revoir les règles de calcul du salaire journalier qui déterminent le montant de l’allocation chômage. Il parle du retour de la dégressivité des allocations chômage et d’ un déplafonnement des allocations des cadres. Et le MEDEF s’est permis dernièrement de remettre les droits des intermittents en cause.

Le monde du travail est lui face aux licenciements (Ford, Carrefour qui vient de licencier 1300 salariés,…), face aux suppressions d’emplois dans le privé comme dans le public (1600 pour le seul ministère des sports, 4000 à Pôle emploi, 2650 à l’éducation nationale), les salaires stagnent alors que les prix flambent (+ 21,6 % en un an pour le diesel, 13,4 % pour le sans plomb) . Les difficultés de la jeunesse étudiante et travailleuse sont chaque jour plus oppressantes.

Il s’agit d’un même combat contre la régression sociale, contre l’exploitation du patronat et des riches !

Manifestons tous et toutes contre le chômage et la précarité, Samedi 1 décembre 2018, à 14H Place Pasteur à Besançon

Nous exigeons :

  • Un emploi en CDI correctement rémunéré, librement choisi, socialement utile.
  • Une indemnisation de toutes les formes de chômage et de précarité avec le SMIC comme référence.
  • Une forte réduction du temps de travail pour toutes et tous, le partage des richesses
  • La création d’un revenu garanti inconditionnel décent
  • L’arrêt des contrôles, des sanctions et des radiations contre les chômeurs et précaires
  • Non aux licenciements à Pole emploi, exigeons des moyens humains pour sa mission de service public.
  • Une allocation exceptionnelle (dite prime de noël) d’un montant de 500 euros pour tous les chômeurs et les précaires.
  • Une véritable politique de formation choisie par les chômeurs.
  • La gratuité des transports publics pour les chômeurs, les précaires et leurs familles.
  • L’application du droit au logement pour toutes et tous.

AC BESANCON - FSU - SOLIDAIRES - ENSEMBLE

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0