Retour accueil

Vous êtes actuellement : SNUipp 25  / CDEN 


CDEN du 11 décembre 2018

mercredi 12 décembre 2018

Présents
Quelques jours après les élections professionnelles, la FSU est la seule organisation syndicale à participer à ce CDEN...
Représentants FSU : Romain Champion et Stéphane Grégoire.
Elus du département, représentants de la PEEP et de la FCPE, ...

Jusqu’à l’arrivée du Préfet, l’IA-DASEN du Doubs, M. Renault co-préside la séance avec Mme Rogeboz qui représente la Présidente du Conseil Départemental.

Modification de la sectorisation du collège Edgar Faure de Valdahon :

Mme Rogeboz explique que la resectorisation de ce collège est motivée par un sureffectif dû à une démographie positive qui s’expliquerait par un fort développement économique. Il est proposé que les élèves des communes de Flangebouche, Avoudrey et Longechaux soient désormais scolarisés au collège Louis Pergaud de Pierrefontaine les Varans.

La faisabilité des transports scolaires est questionnée par un élu. Mme Rogeboz indique qu’une ligne existe déjà sur Flanchebouche car une partie des élèves du RPI vont déjà au collège de Pierrefontaine les Varans. La ligne existante pourrait être prolongée. De toute façon la région aura obligation de mettre en place un transport en direction des deux collèges.

La FSU fait part d’inquiétudes sur les capacités d’accueil du collège de Pierrefontaine les Varans puisque les prévisions du Conseil Départemental actent un passage de 173 élèves aujourd’hui à 258 élèves en 2023.

  • Il semble que ce collège ne soit capable d’accueillir en réalité et dans de bonnes conditions que 205 élèves.
  • Actuellement il existe deux classes par niveau avec des effectifs allant de 22 à 25 élèves par classe. Une troisième division de 6° semble nécessaire pour 2019, ainsi que des divisions en 5°, 4° et 3° les années suivantes.
  • Les salles de classes semblent dimensionnées pour accueillir 24 élèves au maximum.
  • Un diagnostic des locaux semble avoir été fait par le Conseil Départemental, la FSU souhaite qu’il soit communiqué.

M. Renault indique qu’une 3° division sera bien ouverte au collège de Pierrefontaine les Varans dès la rentrée 2019. Pour lui, dés lors qu’il pourrait y avoir des capacités d’accueil dans d’autres collèges, il faudra donner suite à des demandes dérogations.

Mme Rogeboz envisage des aménagements du bâti pour permettre la hausse des effectifs (réunion de deux petites salles ou cloisonnement d’une grande ou aménagement des combles, ...)

Mme Chavey (vice-présidente en charge des collèges) indique ne pas avoir connaissance du diagnostic évoqué par la FSU.

La délégation FSU rappelle que les collèges de petite taille ou avec des effectifs réduits permettent de réduire l’impact des inégalités sociales sur les résultats scolaires des élèves. Cette donnée devrait être prise en compte à Pierrefontaine-les-Varans. M. Renault admet que les élèves accueillis au collège de PLV sont majoritairement issus de CSP défavorisées. Il s’engage à fournir les données pour les autre collèges ultérieurement.

La FSU interpelle l’administration sur les modalités d’information aux familles pour ces modifications de secteur. Le Préfet indique qu’il fait confiance aux maires pour faire vivre la démocratie locale nécessaire à cette resectorisation.

Un élu fait part de sa satisfaction à voir les effectifs d’un collège augmenter. Pour lui, la qualité d’enseignement peut ainsi être améliorée par le fait que l’équipe pédagogique s’étoffe. M. Renault abonde dans ce sens. Pour lui, quand une établissement est trop petit, on "frôle la viabilité pédagogique" car les enseignants doivent travailler sur plusieurs collèges.

La FSU se réjouit de voir des équipes s’étoffer et des collègues stabilisés sur un collège mais rappelle que 2650 postes seront supprimés dans le second degré en France l’an prochain alors que le nombre d’élèves augmentera de 40 000...

Modification de la sectorisation du collège Edgar Faure de Valdahon :

Mme Rogeboz indique que cette sectorisation sera travaillée au cours de l’année 2019. Un travail en amont sera effectué avec une étude de l’agence d’urbanise, des parents et des enseignants pour arrêter la sectorisation en décembre 2019 au CDEN.
La sectoristaion sera effective en 2022 mais certaines mesures commenceront dés 2020 pour décharger certains collèges.
Mme Chavey fait part du souhait de suspendre la mesure qui concerne Taillecourt juqu’à 2020.

Des représentants de parents évoquent le problème de la cour de récréation du Collège Lou Blazer. Pour M. Renault, des travaux peuvent être faits assez simplement pour agrandir la cour.

La FSU rappelle que collègues du collège Lou Blazer étaient en grève précemment pour dénoncer une situation très difficile.


Déclaration préalable de la FSU au CDEN

Monsieur le Préfet, Madame la Présidente du département, Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Les élections professionnelles qui ont eu lieu la semaine dernière dans la fonction publique ont montré une participation en hausse par rapport aux élections de 2014. Alors que de nombreux problèmes techniques ont rendu l’accès à ce scrutin très difficile, cette hausse démontre l’attachement des personnels au travail de leur représentants élus.
Le message ainsi adressé par les personnels doit être entendu par tous ceux qui ont la responsabilité de faire vivre le service public d’éducation en France.
Alors que les enseignants ont exprimé depuis 18 mois des désaccords profonds avec de nombreuses mesures concernant l’école maternelle, l’école élémentaire, le collège, le lycée, l’enseignement professionnel, le baccalauréat et l’accès à l’enseignement supérieur, l’administration de l’éducation nationale refuse de négocier.
Depuis plusieurs semaines, notre département est secoué, comme beaucoup d’autres en France, par des mouvements sociaux qui mettent en cause la répartition des efforts au sein de notre Nation et les processus démocratiques de décision.
Pour la FSU cette colère est légitime et doit conduire les élus locaux et les représentants des services de l’Etat à modifier en profondeur leurs choix politiques.
Face à cette colère qui s’étend (salariés, chômeurs, retraités, lycéens…), le gouvernement répond par des mesures qui devront être financées par une fiscalité toujours injuste (il diminue encore les cotisations), sans remettre en cause ce qu’il a octroyé à la finance et aux détenteurs de richesse. Aujourd’hui, le gouvernement doit aussi entendre la mobilisation de la jeunesse contre Parcoursup, le Service National Universel et les réformes Blanquer du lycée et du baccalauréat.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0