Retour accueil

Vous êtes actuellement : Ecole  / Carte scolaire 


Carte scolaire 2019 - Décisions du CTSD du 18 juin

mardi 18 juin 2019

Vous retrouverez ci-dessous les décisions actées lors du CTSD du mardi 18 juin. Seules sont listées les modifications des décisions ainsi que les nouvelles mesures après l’étude des effectifs prévisionnels remontés début juin par les écoles. Pour les autres écoles, les décisions prises lors du CDEN de mars sont maintenues.

PDF - 303.3 ko
Décisions CTSD juin

Le CSTD du Doubs s’est tenu ce mardi 18 juin à 9h, présidé par Patrice Durand, nouveau DASEN du département.

Lire la déclaration préalable de la délégation FSU

Avec 500 élèves de moins, pour 440 écoles et une dotation positive de 29 postes supplémentaires pour la rentrée 2019, nous pouvions espérer une baisse sensible des effectifs dans toutes les classes du département et des conditions de travail et d’apprentissage plus favorables. Le nouveau DASEN du Doubs propose une carte scolaire avec quasiment autant d’ouvertures que de fermetures de classes, alors que la dotation aurait pu permettre d’ouvrir plus de classes ou d’en fermer moins.. Par conséquent, le nombre moyen d’élèves accueillis va seulement baisser de 0,2 élève par classe (soit environ 1 élève en moins dans une école pour 5 classes). La priorité annoncée restera donc imperceptible dans la majorité des classes de notre département qui continuera donc d’imposer à ses élèves des classes dont la taille est supérieure à la taille moyenne dans les autres pays de l’Union Européenne (22,60 dans le Doubs contre 19,9 dans l’UE - rapport de l’OCDE)

Ce projet ne répond donc pas à la revendication prioritaire de la FSU : baisser les effectifs partout ! #PasPlusDe25

Comment vont être utilisés les 29 postes créés ?

Dédoublement des classes en éducation prioritaire
7 postes seront utilisés pour achever le dédoublement des classes de CP et de CE1 en éducation prioritaire entamé à la rentrée 2017. Cette mesure aura nécessité près de 70 postes depuis son entrée en vigueur en septembre 2017.
Les classes de CP et CE1 dépasseront parfois en moyenne les 12 élèves par classe. A la demande de la FSU, le DASEN a confirmé la possibilité pour les équipes de faire elles-mêmes des choix de répartition comme des cours multiples CP-CE1.

Remplacement
La création de 14 postes de remplaçants est pour l’instant envisagée, répartis dans 13 circonscriptions. Même si elles sont effectives, ces créations ne permettront pas de résoudre un scandale qui dure depuis des années. Il manque plus de 20 postes pour assurer le remplacement des enseignants malades et leur participation aux actions de formation. (Exemple : début avril 2019 : 247 journées de classes non remplacées pour 8 jours d’école).

Enseignement spécialisé
7,5 postes sont créés pour les élèves à besoins éducatifs particuliers (implantation de 3 nouvelles ULIS à Besançon, Voujeaucourt et Maîche, création de deux postes pour la prise en charge des élèves présentant des troubles à caractères autistiques, 1 poste pour la prise en charge des jeunes sourds, 0.5 poste pour l’hôpital de Pontarlier).
Pour les écoles en REP+ accueillant une ou plusieurs ULIS, l’administration affirme avoir comptabilisé les élèves d’ULIS dans les classes où sont théoriquement inclus les élèves : prioritairement en CP et CE1. Cette affirmation devra être vérifiée.

Pilotage ou formation ? Enseignants concepteurs ou exécutants ?
Ce ne sont pas moins de 10,5 postes qui sont créés pour le pilotage et la formation des enseignants. La FSU salue la création de 2,5 postes d’Assistants de Prévention, chargés du suivi des enseignants faisant face à des situations relevant de la santé et de la sécurité dans leurs conditions de travail.
Les autres créations concernent :

  • 3,5 postes pour l’accompagnement du plan Villani-Torossian, viendront s’ajouter au 1,25 poste existant. Ces postes de chargé de mission seront progressivement transformés en postes de CPD (conseiller pédagogique départemental).
  • 1 poste de chargé de mission “QPV/Education Prioritaire/Cité éducative/Radicalisation”,
  • maintien de 2 X 0,5 postes de chargés de mission “Maîtrise de la langue”,

La FSU sera extrêmement vigilante à ce que ces postes servent effectivement la formation des enseignants et ne soient pas réduits à l’imposition de “bonnes pratiques” si souvent évoquées par Jean-Michel Blanquer.
Les évaluations nationales standardisées qu’il a tenté d’imposer ont montré leurs faiblesses. Elles sont largement remises en cause tant sur le fond que sur la forme par nombre de collègues et de chercheurs spécialisés dans l’enseignement primaire. Pour la FSU, il n’existe pas de recette magique ! Enseigner, c’est concevoir des méthodes d’apprentissages adaptées à chacun des élèves qui nous sont confiés et s’adapter à leur diversité.

Le Président de la république a dit “24 élèves par classe maximum”… nous attendons encore !!!

Suite aux propos d’Emmanuel Macron le 25 avril sur la nécessité d’avoir des classes à taille humaine de la Grande section de maternelle au CE1, la FSU rappelle son mandat #PasPlusDe25 !
En premier lieu, les écoles qui accueillent une ULIS doivent bénéficier de cette mesure pour rendre possible une inclusion réelle des élèves à besoins éducatifs particuliers.
Enfin, chaque classe sur le territoire doit répondre au critère de “taille humaine” !. Pas seulement en éducation prioritaire, pas seulement au cycle 2…
Le DASEN s’est engagé à mettre en place un groupe de travail pour travailler à une redéfinition des critères qui permettent aujourd’hui à 64 écoles de bénéficier des seuils intermédiaires (25 en élémentaire et 28 en maternelle).

Questions diverses

Qu’en est-il de la possibilité pour les AVS de poursuivre leur mission sous contrat CUI à la rentrée ?
L’administration indique qu’il sera proposé aux AVS arrivant en fin de CUI la possibilité de continuer sur des contrats d’AESH. Pour les collègues de + de 58 ans, ils auront la possibilité de rester sur un nouveau type de contrats aidés : les PEC (Parcours Emploi Compétence) jusqu’à la retraite s’ils le souhaitent.

Organisation du temps scolaire
Les écoles de passeront à une organisation du temps scolaire sur 4 jours. Pour la rentrée 2019, 9 écoles supplémentaires passeront à une organisation du temps scolaire sur 4 jours : Villers-Saint-Martin, Bourguignon, Franois, Levier, Nancray, Novillars, Pouilley-les-Vignes, Saône, Vaire/Amagney.
Seulement 7 écoles resteront à un rythme de 4,5 jours à la rentrée prochaine dans le Doubs : Chalezeule, Cuse et Adrisans, Dasle, Ecole Valentin, Gennes, Montfaucon, Vieux Charmont.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0