Retour accueil

Vous êtes actuellement : Droits & Libertés 


Rassemblement de soutien à Anny Manzambi : jeudi 27 juin à 17h30 devant la préfecture à Besançon

dimanche 23 juin 2019

Non à l’expulsion par le Préfet du Doubs d’Anny MANZAMBY, en France depuis 8 ans, et de ses quatre enfants scolarisés !!! Régularisation immédiate de cette famille qui a prouvé son intégration !!!

Rassemblement de soutien
Jeudi 27 juin à 17h30

devant la Préfecture du Doubs

à l’initiative du Comité de soutien de cette famille et de RESF 25
Soutenus par le CDDLE, les syndicats enseignants FSU et SUD Education

Signez la pétition sur Change.org

Madame MANZAMBI, venant de la République Démocratique du Congo (RDC) est arrivée seule en France en 2011, suite à l’assassinat de son mari, pour des motifs politiques.

Très ébranlée psychiquement, elle obtient un titre de séjour étranger malade, se reconstruit petit à petit. retrouve la trace de ses 4 enfants restés au pays , trouve un emploi en plus de son allocation d’adulte handicapée et a toutes les conditions exigées par le préfet pour faire venir ses enfants dans le cadre d’un regroupement familial. Ses enfants arrivent en 2017. L’ainée des enfants, devenue majeure obtient un titre de séjour. Les enfants réussissent très bien leur scolarité ( lycée et école primaire) et ont la soif d’apprendre. Ils ont été très peu scolarisés en RDC en l’absence de leur mère.

Comme elle en a le droit (plus de cinq ans en présence régulière en France), Madame MANZAMBI demande à la préfecture une carte de résident (de dix ans).

La préfecture refuse ( elle affirme, sans le vérifier, que Madame n’a pas prouvé qu’elle avait des connaissances de français suffisantes. Le français est la langue officielle de RDC qui fait partie de la francophonie. Madame a été scolarisée en français !!!!!).

De plus, la Préfecture (OFII) reconnait qu’elle est encore gravement malade, mais affirme qu’elle peut se faire soigner en RDC alors que selon les organisations internationales (données OMS : 1 psychiatre pour 1 million d’habitants contre 140 en France) c’est un des pays d’Afrique dont le système de santé est le plus défaillant (médecins et médicaments).

7 mois après l’arrivée de ses enfants en France, le Préfet du Doubs lance un avis d’expulsion pour cette famille (OQTF), y compris la fille majeure. Plus de ressources, plus de droit de travailler, menaces d’expulsion du logement pour impayés de loyers (qu’elle payait régulièrement auparavant).

Le Tribunal Administratif de Besançon vient de valider cette OQTF. Rien ne protège plus cette famille d’une expulsion vers la RDC.

Nous ne pouvons supporter l’insupportable !!!
Nous ne pouvons tolérer l’intolérable !!!
Nous demandons la régularisation immédiate de cette famille
qui a prouvé son intégration dans notre pays

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0