Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTION  / Boycott APC 


APC : la bataille continue !

lundi 9 septembre 2019

Depuis 2015, face à 600 collègues dans le Doubs, et depuis 2016 face à 30 000 collègues en France, aucune sanction n’a pu être prononcée contre notre action collective de réappropriation de notre métier. Aujourd’hui plus qu’hier, nous devons ré-affirmer qu’enseigner ne peut se réduire à exécuter des consignes. Enseigner c’est faire des choix et parfois c’est résister ! En septembre 2019, pour la 5° année consécutive, la campagne contre les APC et pour la libre utilisation des 108h reprend.

Comment faire ?

La direction de chaque école a la responsabilité d’organiser le temps des APC et de communiquer à l’IEN cette organisation. Chaque équipe peut donc définir collectivement, en conseil de maîtres le ou les créneaux sur lesquels pourront se dérouler ces APC. Chaque collègue est ensuite responsable de son temps de travail tout au long de l’année et devra éventuellement en rendre compte auprès de son supérieur hiérarchique : l’IEN. En cas de pressions ou de menaces de sanction par des IEN, le SNUipp-FSU s’engage à organiser collectivement la défense des collègues engagés dans l’action “Fin des APC”.

Les 108h ? On les fait largement !

Le SNUipp-FSU estime que les 108h prévues pour la concertation entre collègues, les rencontres avec les familles des élèves, les partenaires de l’Ecole sont insuffisantes. Une note d’information de la DEPP fait état d’un temps de travail hebdomadaire de 44h pour les enseignants du 1° degré, soit 10h de plus que les 24h d’enseignements chaque semaine. A ce rythme, les 108h sont très vite épuisées...

Où est la confiance ? Laissez-nous utiliser les 108h librement !

Demander la fin des APC, c’est demander la reconnaissance de notre travail “invisible”, celui que nous effectuons avant et après la classe, le matin, sur le temps de midi ou le soir pour rencontrer les familles, échanger avec nos collègues, les partenaires de l’école… Ce qui fait qu’une école fonctionne ! Injustes, inutiles et chronophages : les APC n’ont pas fait leurs preuves ! Les refus successifs d’engager un débat sérieux sur les APC par les deux gouvernements concernés sont pour nous significatifs. Aucun ministre n’ose défendre publiquement ce temps hérité de la suppression du samedi matin et des attaques contre les RASED sous la présidence Chirac. Les travaux de recherche effectués par Marie Toullec-Théry sont clairs. Ils montrent que les APC, comme les nombreux dispositifs situés à la périphérie et visant à l’individualisation des parcours scolaires (AP, PPRE, stage RAN) sont restés sans effets notables sur les inégalités de réussite scolaire ( voir rapport du CNESCO).
+ d’argumentaires
Le kit du Boycotteur

En cas de question, n’hésitez pas,
contactez la section du SNUipp du Doubs au 03 81 81 20 84.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0