Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carrière  / Mouvement 


Nouvelles règles du mouvement : « On ne vous empêchera pas de nous écrire mais on ne vous répondra pas. » (dixit la secrétaire générale du rectorat)

mercredi 8 janvier 2020

La délégation FSU a quitté ce jour (mercredi 8 janvier) le groupe de travail réuni pour étudier les « lignes directrices de gestion » académiques, c’est à dire les nouvelles règles du mouvement suite à la loi de transformation de la fonction publique votée et promulguée cet été. Cette loi acte la suppression de toutes les instances paritaires. C’est le meilleur moyen de soustraire au regard des représentants des personnels les opérations de mutation dans leur ensemble, de l’élaboration des circulaires jusqu’au résultat final ; meilleur moyen donc pour affecter les personnels sans garantie de respect des règles ni d’équité de traitement !

Le préambule de la secrétaire générale, conforme aux instructions ministérielles et aux documents de travail proposés ce jour, invoque à plusieurs reprises la « transparence » et « l’équité » tout en signifiant clairement que les personnels devront se passer de l’expertise de leurs représentants : « vous pourrez nous transmettre des informations, nous les recueillerons, mais il n’y aura pas d’échange. On ne vous empêchera pas de nous écrire mais on ne vous répondra pas. »

Constatant que cette instance ne permettrait en aucun cas d’obtenir une quelconque avancée dans l’intérêt des enseignant.es, les représentantes des personnels de la FSU ont quitter la salle pour indiquer leur désaccord avec ce fonctionnement. Ils/elles refusent d’être ainsi instrumentalisé.es et de servir de caution à un prétendu dialogue inexistant.

L’administration prive ainsi de droits collectifs tous les personnels et jette l’opacité sur les opérations de gestion de leur carrière : mobilité dès cette année et promotions à partir de l’an prochain. Pour rappel, depuis des années, le SNUIPP a fait évoluer les règles du mouvement pour qu’il y ait une adéquation la plus fine possible entre les besoins du terrain et l’intérêt des collègues. Auparavant, les représentant.es des personnels, experts du terrain et porteur.euses des attentes de tou.tes les collègues, travaillaient à l’élaboration des règles du mouvement, à la vérification des barèmes et des vœux, à l’études des situations particulières et aux demandes des postes adaptés, etc. Le ministre explose la vision collective des opérations de mouvement et place le collègue seul face à sa carrière. Désormais, les représentant.es des personnels ne seront plus consulté.es sur ces questions essentielles. Les circulaires départementales seront rédigées en interne sans les délégué.es du personnel qui n’auront plus accès aux documents préparatoires. Il n’y aura plus de groupes de travail (interdits par le ministre !).

Il n’y aura plus d’intervention sur les règles collectives (tout viendra du haut) mais le SNUIPP-FSU sera toujours présent et actif auprès de chacun des collègues de façon individuelle dans le souci de la défense des droits de toutes et tous.

La seule option possible sera la sollicitation des représentant.es du personnel. La communication étroite entre vous et nous sera plus que jamais nécessaire pour contrôler vos données.

Vos représentant.es du SNUipp et de la FSU continueront à porter les valeurs de la FSU de défense des personnels et du collectif.