Retour accueil

Vous êtes actuellement : Ecole  / Carte scolaire 


Préparation de la rentrée 2020 - Compte-rendu du CDEN du vendredi 17 avril 2020

vendredi 17 avril 2020

PDF - 343 ko
Les mesures d’ouverture et de fermetures actées en CDEN

Ce CDEN a été marqué par une déclaration commune de l’ensemble des syndicats d’enseignant.es et des fédérations de parents pour dénoncer le non respect du cadre de la mesure annoncée par JM Blanquer pour les écoles rurales. “S’appuyant sur le cadre rappelé par M. le Recteur de Besançon lors du CTA du 8 avril dernier, l’ensemble des organisations syndicales représentées au CTSD du Doubs ont écrit à l’Inspecteur d’Académie du Doubs pour l’alerter sur les irrégularités contenues dans le projet de carte scolaire présenté mardi 7 avril. Toutes les communes de moins de 5 000 habitants ne peuvent pas prétendre à la mesure annoncée par M. le Ministre de l’Education nationale. Seuls les maires des communes situées en dehors d’une agglomération ou d’un bassin de plus de 10 000 emplois peuvent s’opposer à un projet de fermeture de classe. Malgré cette alerte unanime, M. l’Inspecteur d’Académie a maintenu son projet en l’état concernant cette mesure.” Lire la suite de la déclaration commune.

PDF - 128.5 ko
Déclaration commune FSU, UNSA, CFDT, SNALC, PEEP, FCPE

Non-fermeture de classe dans les communes rurales

Aucune réponse n’est apportée dans le débat par l’Inspecteur d’Académie ou le Préfet du Doubs suite à l’alerte émise par les organisations de personnels et de parents. L’Inspecteur d’Académie a donc appliqué la mesure à l’ensemble des communes de moins de 5000 habitants du Doubs, soit la quasi-totalité des 573 communes de notre département puisque seules 11 d’entre elles comptent plus de 5000 habitants.

Si l’ensemble de nos organisations se réjouissent que certaines écoles du Doubs connaissent des effectifs moyens de 17 à 20 élèves par classe, elles regrettent que cette amélioration se fasse au détriment d’une possibilité de baisse généralisée des seuils d’ouverture/fermeture qui, restent à 30 en maternelle et 27 en élémentaire pour l’immense majorité des 430 écoles du département. L’amélioration spectaculaire de la situation de cette quinzaine d’écoles a un prix pour notre département : une cinquantaine d’autres écoles devront encore attendre et voir leur effectif rester au-dessus de 25 élèves par classe pendant toute l’année scolaire prochaine.

Suppression des 15 postes de “Plus de Maîtres Que De Classe”

La délégation FSU a rappelé que les 15 postes de “Plus de Maîtres” étaient répartis géographiquement dans tout le département, tous implantés dans des secteurs où de nombreux élèves présentent des difficultés importantes. A ce titre, l’esprit de la dotation supplémentaire, justifiée par le ministère pour renforcer le service public d’Education dans la perspective du “jour d’après” la pandémie de Covid-19, semble imposer, a minima, de ne pas dégrader les conditions d’apprentissage des élèves les plus fragiles.
Interpellé par des courriers d’élus, de parents, de collègues et d’équipes enseignantes provenant de 7 écoles (aux Premiers Sapins : Athose/Chasnans/Hautepierre le Châtelet/Nods/Rantechaux/Vanclans, à Vercel, Brossolette, Ile de France et Fourier à Besançon, Joliot Curie et Cordier à Pontarlier ), l’IA répond que ce dispositif aurait du disparaître en 2017 dès la mise en place des dédoublements en CP et CE1. Il juge le dispositif intéressant mais n’envisagerait de le maintenir que s’il disposait de marges de manoeuvre. Plusieurs élus ont vanté l’intérêt du dispositif, relayant ainsi l’avis des familles des écoles concernées. Le Préfet regrette avec la Vice-Présidente du Conseil Départemental que ce dispositif soit supprimé sans même avoir été évalué. Mme Chavey exprime le souhait que l’Inspecteur d’Académie et le Préfet du Doubs fasse état des demandes de maintien des postes de PDM au ministère de l’Education Nationale.

Aucune création de postes de remplaçant

L’année 2020 a encore montré l’ampleur des besoins : une cinquantaine de classes par jour dans le Doubs n’avait pas d’enseignant en février 2020. Nous pouvons craindre de plus que la crise sanitaire que nous traversons aujourd’hui n’épargnera pas les enseignantes et les enseignants dans les mois qui viennent.
L’Inspecteur d’Académie indique qu’il est conscient des difficultés dues au manque de remplaçants pour palier notamment les absences d’enseignants en période hivernale mais aussi pour assurer les départs en formations. Cependant, il indique que le contingent actuel d’emplois dédiés au remplacement est proche de la moyenne nationale, il n’est donc pas envisagé de créer des postes. L’administration ajoute même que le “taux d’efficience” du remplacement dans le Doubs est supérieur à celui des autres départements de l’Académie.

Postes d’enseignants spécialisés pour l’aide aux élèves en difficultés ... Augmentation des temps de décharge pour la direction et le fonctionnement des écoles … Abaissement des seuils réglementaires d’ouverture de classe pour toutes les écoles maternelles… Retrouver l’ensemble des mesures et notre analyse dans le Compte-rendu du CTSD du mardi 14 avril

Lire les attentes de la FSU, de l’UNSA-Education et du Sgen-CFDTcommuniquées avant le CTSD à l’Inspecteur d’Académie.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0