Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier  / INSPE-Néo 


Compte-rendu du GT n°3 « Entrants dans le métier » - 4 février 2016

vendredi 12 février 2016

Participants  : Pour l’administration : MM. le Secrétaire général, l’IEN adjoint et 4 personnels des services administratifs. Pour les représentants des personnels : 8 élus SNUipp, 1 SE et 1 SGEN.

Situation des collègues complétant les mi-temps des stagiaires : Le SNUipp-FSU fait entendre à l’administration les contraintes imposées par cet accueil :

  • modifications des répartitions de classes,
  • jours de travail non choisis pour les collègues à mi-temps,
  • temps passé à l’accueil des stagiaires pour qui c’est la première expérience de responsabilité d’une classe …
  • « invitation très vive » à être en classe le jour de la rentrée, obligation d’être observé dans sa classe à la rentrée...

Le SNUipp-FSU formule quatre demandes  :

1. Que les écoles et les collègues qui accueillent depuis plusieurs années un stagiaire puissent signifier à l’administration leur souhait de cesser cet accueil. L’administration accède à cette demande en imposant qu’elle fasse l’objet d’un courrier argumenté qui devra parvenir rapidement à l’administration. (Nous vous conseillons de nous en adresser une copie.)

2. Que les écoles et les collègues qui sont volontaires pour accueillir un stagiaire et/ou partager leur classe avec l’un deux soient recensés par l’administration. L’administration s’oppose à cette demande pour des raisons d’organisation .

3. Que les collègues qui seraient désignés pour compléter un stagiaire mais ne seraient pas d’accord pour le faire puissent être entendus par l’administration.

4. Que tous les collègues qui complètent un stagiaire bénéficient de journées de temps compensé au cours de l’année scolaire. Ces collègues seraient ainsi remplacés dans leur classe pendant quelques journées. Cette décharge viendrait compenser les heures passées à accueillir un stagiaire notamment à la rentrée. L’administration s’étonne de cette demande. Elle finit cependant, après trois réunions de ce groupe de travail, par reconnaître que « compléter un stagiaire demande du temps ». La demande sera finalement transmise à l’IA.

Amélioration des conditions de formation des stagiaires  :

  • Date d’affectation : Le SNUipp-FSU a réinterrogé l’administration sur la confirmation de l’avance de la date d’affectation des stagiaires avant les vacances (au lieu de fin août). La réponse a été la même que lors du précédent groupe de travail : l’administration y travaille...
  • Suivi des stagiaires par les PEMF : L’administration reconnaît la nécessité de diminuer le nombre de stagiaires suivis par chaque PEMF. L’objectif annoncé est d’attribuer la prise en charge de 3 stagiaires à chaque PEMF (au lieu de 5 ou 6 actuellement ).
  • Quotité de décharge des PEMF : Le SNUipp-FSU réinterroge l’administration sur cette quotité qui pourrait passer à un tiers temps sur décision du recteur (décret n° 2015-883 du 20 juillet 2015). Le besoin d’un nombre plus important de PEMF dans le département est reconnu puisque les moyens existent ; cependant, le nombre de PEMF est insuffisant. Une première mesure pourrait être d’augmenter la quotité de décharge des PEMF. L’administration partage cette analyse et confirme qu’il s’agit en effet d’un décision du recteur.
  • Rencontre DASEN/ESPE : Initialement prévue fin janvier, elle n’a pas encore eu lieu. En vue de cette rencontre, le SNUipp-FSU avait organisée une réunion des PEMF à Besançon début janvier afin de communiquer leurs remarques et demandes à l’IA. (compte-rendu disponible à la section).
  • Poste de coordinateur ESPE/PEMF : Non pourvu l’an passé malgré des candidatures sérieuses, ce poste fait défaut. Un nouvel appel à candidature sera formulé prochainement .
  • Format de l’alternance classe/ESPE : Il y aura moins de stagiaires dans le Doubs l’an prochain. L’année de stage est reconnue trop lourde. Le SNUipp-FSU demande si une autre solution que le mi-temps en responsabilité à l’année a été envisagée par l’administration (par exemple un quart temps ou un tiers-temps en responsabilité + des stages massés). Celle-ci refuse d’envisager d’autres solutions estimant que cela poserait trop de problèmes d’organisation de service .
  • Le rôle des CPC : Le SNUipp-FSU déplore que cette année, les CPC n’ont pas été autorisés à apporter une aide aux stagiaires sauf en cas de procédure d’APC (ex procédure d’alerte). Cette interdiction est levée dans tout le département. Le SNUipp-FSU rappelle que la formation initiale fait officiellement partie des missions des CPC qui en sont pourtant exclus. En fonction de leur implantation géographique, leurs tâches varient : ceux qui officient sur le pays de Montbéliard assument le suivi de nombreux T1 et T2, ceux dont la circonscription comporte un REP+ portent cette mission particulière... La question de la participation de certains CPC à la formation des stagiaires, par exemple au moment de la rentrée, est posée.
  • Mouvement des M2 et T1 : Le SNUipp-FSU fait remarquer que le nombre de stagiaires ayant un parcours professionnel antérieur augmente. L’âge pourrait être pris en compte pour départager les barèmes égaux lors du mouvement. L’administration n’apporte pas de réponse. A priori, elle maintient le rang au concours et la charge d’enfants comme éléments de calcul du barème .

Le SNUipp-FSU déplore l’affectation d’un certain nombre de T1, cette année, en enseignement spécialisé car la plupart d’entre eux rencontrent des difficultés importantes malgré l’aide apportée par les conseillers pédagogiques.

De plus, lors du GT sur l’ASH, Mme l’IEN-ASH a fait part de ses réticences vis-à-vis de ces affectations, y compris lorsque ces T1 sont volontaires. L’administration partage le constat des élus du SNUipp-FSU. Elle propose de procéder à des affectations manuelles pour les T1 afin d’éviter leur nomination en ASH. Si une « protection » est instaurée pour les T1, il faudra aussi prendre en compte les T2 et T3 qui n’en ont pas bénéficié les années précédentes. Une proposition sera faite en CAPD Mouvement .

Le SNUipp-FSU rappelle la possibilité qui existait il y a quelques années, pour un titulaire de laisser son poste pendant 1 an afin « d’essayer » un poste dans l’ASH. Cette possibilité sera évoquée lors de la CAPD mouvement .

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0