Retour accueil

Vous êtes actuellement : Ecole  / Carte scolaire 


Carte scolaire 2020 - projet du 07/04/20

mardi 7 avril 2020

PDF - 373.9 ko
Lire le détail des mesures du projet

La crise sanitaire en cours impacte fortement l’élaboration de la carte scolaire pour la rentrée 2020. La tenue des élections municipales avait déjà conduit à repousser au-delà du 22 mars les décisions de l’Inspecteur d’Académie. Le report du deuxième tour des municipales et le confinement total mis en oeuvre le 17 mars ont amené le ministre de l’Education à décider de dotations supplémentaires et de nouvelles priorités :

  • pas de fermeture de classe sans accord du maire en milieu rural (dans les communes de moins de 5000 habitants),
  • diminution du nombre de fermetures initialement prévues en milieu urbain.

Des conditions exceptionnelles … et dégradées : une semaine pour faire la carte !

Ce n’est qu’en fin de semaine dernière que le ministre a acté l’octroi de 9 postes supplémentaires aux 5 déjà prévus pour le Doubs. Cette dotation positive dans un contexte de baisse du nombre d’élèves aurait pu être l’occasion d’une amélioration générale et sensible des conditions d’apprentissages dans les écoles du Doubs. Pourtant, l’affichage de mesures “spectaculaires” pourrait bien rompre l’équité de traitement entre les écoles.

Le projet de carte scolaire n’a été communiqué aux représentants des personnels que lundi 6 avril à 13h pour un premier groupe de travail le lendemain à 14h ! Une deuxième dotation exceptionnelle de 9 nouveaux postes est envisagée mais ne sera étudiée en Comité Technique Académique que ce mercredi 7 avril, modifiant alors la carte scolaire qui devrait être votée jeudi 8 avril !

Le groupe de travail, initialement prévu en visio-conférence, s’est avéré impossible à mettre en oeuvre ! Il est assez cocasse de constater que la visioconférence entre les élèves et leurs enseignants a été annoncée comme étant au point (“L’Education Nationale est prête ”) alors qu’elle n’a pas pu avoir lieu entre l’administration et les représentants du personnel lors de ce GT !

Une dotation nettement améliorée … Quelle répartition ?

La dotation supplémentaire exceptionnelle accordée (40 postes pour le premier degré dans l’académie) est justifiée par le ministère pour renforcer le service public d’Education dans la perspective du “jour d’après” la pandémie de Covid-19. La FSU qui revendique un service public fort depuis sa création alerte sur les modalités de répartition des moyens accordés en urgence. Cette répartition marque une rupture très inquiétante avec le principe d’équité de traitement indispensable à l’organisation d’un service public de qualité.

L’affichage… et l’envers du décor !

36 fermetures annulées dans les écoles où les maires ont utilisé leur droit de veto ! Faute d’avoir pu tourner la page “élections municipales”, la volonté de ne pas fâcher élu.es et parents semble dominer. Quelle que soit l’évolution des effectifs réels dans les écoles, l’opposition du maire aura suffi à empêcher une fermeture … Ce qui était impossible l’an dernier devient possible cette année. Et l’an prochain ? 36 écoles bénéficieront donc de conditions favorables dès septembre, les 400 autres écoles du département devront attendre l’an prochain, en espérant le rétablissement d’une certaine équité de traitement !

Limitation de certaines GS à 24 : quid des PS et des MS ?

Pour commencer la mise en oeuvre de la promesse présidentielle de limitation des classes de Grande Section à 24 élèves, la DSDEN du Doubs a proposé qu’aucun élève de GS ne puisse se trouver dans une classe à plus de 24 élèves, même s’il s’agit d’une classe à cours multiples. Le SNUipp-FSU a alerté l’administration sur les conséquences de l’application d’un tel principe : une même école pourrait se voir imposer des classes de 30 élèves en petite et moyenne sections alors que la grande section compterait 24 élèves. Pour le SNUipp-FSU, les conseil de maîtres.ses doit rester souverain pour la mise en oeuvre concrète des orientations ministérielles. La répartition des classes au sein d’une école fait partie de notre métier. L’amélioration des conditions d’encadrement en GS ne peut se faire au détriment des autres classes de la même école.

“Dédoublements à géométrie variable” des GS en REP+ : des classes de 9 à 20 élèves ! Deuxième mesure-phare cette année, le soit-disant “dédoublement” des GS en éducation prioritaire est mis en oeuvre d’une façon très injuste dans notre département. Certaines écoles maternelles vont ainsi bénéficier d’un taux d’encadrement extrêmement favorable ( 18, 17, 16 et même 15,5 élèves par classe en moyenne dans certaines écoles) pendant que leurs voisines, au sein du même REP+ devront se contenter d’une moyenne de 24 élèves par classe. Ainsi, ce que JM Blanquer appelle dédoublement couvrira des situations extrêmement différentes et injustes selon les écoles et accueilleront 11 élèves, d’autres 21 ! Pire, même en réseau d’éducation prioritaire, certaines écoles afficheront un nombre moyen d’élèves par classe supérieur à des écoles maternelles dites ordinaires qui auront bénéficié d’une ouverture pour permettre la limitation à 24 des classes de grande section.

Des dégradations inacceptables pour mettre en oeuvre à tout prix les mesures-phares !

Les 15 postes de Plus De Maîtres Que De Classes existants dans notre département seraient supprimés. Face à l’opposition du SNUipp-FSU, l’administration reconnaît l’absence problématique d’évaluation scientifique (malgré les engagements de JM Blanquer) du dispositif déployé il y a quelques années. Elle partage également le constat d’effets positifs sur le développement d’un travail en équipe au sein des écoles et reconnaît les bénéfices qu’ont pu en tirer certains élèves.

Aucune création de poste de remplaçant supplémentaire n’est proposée à ce jour alors que cette année a encore montré l’ampleur des besoins : plus d’une vingtaine de postes seraient nécessaires pour pallier les absences.

Nouvelle suppression de 2 postes de maître G. Profitant du départ en retraite de 2 de nos collègues, l’administration transforme leurs supports en postes E et poursuit le démantèlement des RASED. Pour le SNUipp-FSU, ces suppressions sont incohérentes avec le constat partagé entre représentants des personnels et membres de l’administration lors du récent groupe de travail ASH. Les difficultés de comportement repérées en maternelle se multiplient et rendent l’exercice du métier et les conditions d’apprentissage des élèves de plus en plus difficiles.

Agenda :

  • Mercredi 8 avril à 14 h : Comité Technique Académique : répartition de la dotation supplémentaire entre les 4 départements
  • Jeudi 9 avril à 15h30 : CTSD : vote de la carte scolaire
  • Mardi 14 avril : Vote de la carte scolaire en CDEN (Préfet du Doubs et Présidente du Département)

Malgré les conditions, on ne lâche pas !

N’hésitez pas à dire et à demander les moyens, les organisations qui vous semblent les plus justes et les plus pertinentes pour votre école. Contactez le SNUipp-FSU tous les jours de 8h30 à 18h au 03 81 81 20 84 et par mail à snu25@snuipp.fr

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0