Retour accueil

Vous êtes actuellement : Pages Sites  / lettre 


Directeurs et temps partiels déchargés par des M2

vendredi 24 juin 2005

Rappel de la situation.

Comme nous vous l’avons annoncé, des directeurs et des temps partiels se verront dans l’obligation d’accueillir et d’accompagner des étudiants en master 1 ou 2 dans leur formation en alternance, à compter de la rentrée prochaine.
A l’heure où le ministère de l’Educaton Nationale ouvre des discussions sur la direction et le fonctionnement de l’école, la DASEN du Doubs, elle, décide de ne pas communiquer avec les équipes des écoles et d’imposer un nouveau fonctionneement qui dégradera les conditions d’exercice des directeurs et de toutes les équipes. Et cette nouvelle contrainte parvient aux collègues le 20 juin, à une date où la future rentrée est déjà très avancée.

Triple peine  :
- pour les directeurs qui accompagneront un étudiant. Comment faire toutes les tâches incombant à la direction en une journée, et de plus, accompagner un étudiant qui aura la responsabilité d’une classe ?
- pour les équipes : cette nouvelle organisation impactera forcément tous les collègues de l’école et désorganisera le fonctionnement déjà mis en place.
- pour les étudiants : nous sommes tous d’accord qu’il faut commencer un jour en étant sur le terrain, mais pas dans n’importe quelles conditions. Un étudiant qui n’a jamais eu de classe, qui n’a pas encore eu de formation a besoin d’être épaulé par ses collègues. Comment le faire quand l’organisation est imposée, sans concertation et sans l’adhésion de l’équipe ?

Compte rendu de l’audience.
Des collègues profondément choqués par cette décision se sont réunis mercredi matin et ont été reçus en audience par la secrétaire générale adjointe, Madame Trugillo, et Monsieur Mielle IEN/DASEN adjoint. Madame Trugillo nous a rappelé que l’administration avait reçu des consignes ministérielles, académiques et départementales et qu’elle n’avait pas eu le temps de mettre en place d’autres projets concernant les affectations des étudiants. Elle reconnaît que les équipes n’ont pas été informées dans les temps bien que les syndicats représentant le personnel aient réitérés régulièrement la demande d’obtenir la liste des suports des M1/M2 .
La liste des supports a été soumis aux IEN et validée par la DASEN. Cette dernière a eu tout loisir d’imposer ses choix. Quant à la méthode utilisée, madame Trugillo précise qu’il ne lui appartient pas de dire si elle est bonne ou pas, elle est imposée, c’est ainsi !

Monsieur Mielle nous reprécise les différents cursus des entrants dans le métier : les étudiants désirant obtenir un master 2 peuvent faire un stage sur une journée par semaine dans les écoles, le lundi. Ils seront en formation dans les ESPE le restant de la semaine (anciennement les IUFM).

Ils doivent donc être placés sur des support proches de Besançon, car l’ESPE se trouve dans cette ville. Pour les étudiants ayant déjà obtenu leur master 2, ils n’ont pas de cours à suivre dans les ESPE. Ils se retrouveront donc sur des supports plus éloignés. Par rapport à l’accompagnement des étudiants, il précise que c’est une tâche qui ne reviendra pas aux directeurs puisque des maîtres formateurs viendront effectuer des visites de stages !! Nous nous rendons compte une nouvelle fois de la méconnaissance du terrain par nos suppérieurs. Comment peuvent-ils croire un seul instant qu’un étudiant sera dans la capacité à avoir la responsabilité d’une classe, sans que le collègue titulaire de cette même classe ait besoin d’interagir ?

Les directeurs et collègues présents à cette audience ne demandaient qu’une seule chose : que leur nom soit retiré de la iste. Et que les collègues soient volontaires pour effectuer l’accueil des étudiants. La seule réponse de l’administration a été de leur dire que des contrats aidés ciblés sur l’aide à la direction et au fonctionnement seraient débloqués dès la rentrée. C’est évidemment une réponse qui ne soulage en rien la problématique actuelle, et qui est bien loin de la réponse attendue.

Dans l’action ! Les collègues ont donc décidé de poursuivre leur action collective et d’anticiper des actions.
Ils se retrouvent

lundi 1er juillet à 18h00

dans les locaux du SNUipp/FSU où il sera décidé des prochaines modalités d’action.

Dans tous les cas, une lettre sera envoyée au ministre de l’Education Nationale, avec copies aux députés, au Préfet et au Recteur.
Il faut bien savoir que ce ne sont pas seulement les collègues directeurs ou à temps partiel qui sont concernés, mais bien toutes les équipes des écoles ainsi que les parents d’élèves.

C’est pourquoi, c’est chaque membre de la communauté éducative qui est invité à venir à la réunion de lundi soir et à se positionner sur les futures actions.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0